Comment sont calculées les audiences ?

Chaque jour, nous sommes submergés d’informations sur le nombre de personnes qui auraient regardé telle ou telle émission à la télévision. On entend régulièrement que telle série américaine ne sera pas reconduite pour une nouvelle saison à cause des mauvais scores d’audience (ratings) réalisés par celle-ci. Mais comment sont réalisées ces mesures d’audience et par qui ?

L’histoire de la mesure d’audience.
Historiquement, l’IFOP-ETMAR est le plus ancien des instituts de sondage en France. Depuis 1949, il réalisait annuellement des enquêtes sur l’audience de la radio à l’intention des stations et des publicitaires. A partir de 1961, l’audience de la télé y est intégrée pendant 7 ans. De 1968 à 1990, elles sont reprises par le Centre d’Etude des Supports de Publicité (CESP). La naissance des chaînes privées et l’ouverture de l’offre publicitaire amènent le remplacement de ce type d’étude par l’audimétrie. L’idée est de fournir aux chaînes du jour au lendemain des données d’audience télé très fiables et très valides. C’est alors l’audimétrie foyer : le système rend compte de l’audience, en enregistrant le fonctionnement des récepteurs, sans savoir qui et combien de personnes du foyer regardent. Les données Audimat étaient alors seulement exploitées par les chaînes, sans être fournies au marché.logo_mediametrie

Le système Médiamat a remplacé en 1989 le système Audimat. Le nouvel audimètre est du type « à bouton poussoir », qui permet d’appréhender l’audience au niveau individuel. Le concurrent, le panel Sofres-Nielsen, ne vivra que de 1985 à 1988, l’interprofession préférant le Médiamat. Télémétric, avec le Motivac (système d’audimétrie passive basé sur la détection et la reconnaissance des formes) renonce en 1990, après des tests peu convaincants.

Comment ça fonctionne ?
Le système Médiamat repose sur un boîtier : l’audimètre « MCS », qui est informé des changements de chaines automatiquement grâce à sa connexion avec le poste de télévision et les périphériques (décodeur TNT, Canal +, etc). La déclaration de présence, d’absence du téléspectateur se fait à l’aide d’une télécommande qui indique à l’audimètre combien de personnes sont devant le poste de télévision. Chacune des personnes du panel doit activer son bouton lorsqu’elle est à l’écoute du média et le désactiver lorsqu’elle abandonne l’écoute.

Médiamat est constitué d’un panel de 3 150 foyers, soit environ 8 000 individus âgés de 4 ans et plus, représentatifs des ménages résidant en France et possédant un téléviseur dans leur résidence principale. Il enregistre toutes les utilisations du ou des téléviseur(s) du ménage : la marche et l’arrêt du téléviseur, l’écoute des différentes chaînes,  l’utilisation du magnétoscope et même l’utilisation du téléviseur pour des jeux vidéo ou comme moniteur. Il enregistre toutes les audiences de chacun des membres du foyer et de leurs invités car chaque membre du foyer dispose de sa propre touche individuelle qu’il enclenche pour signaler sa présence dans la pièce où le téléviseur est allumé mais les invités du foyer déclarent également leur présence.

Les audimètres de chaque foyer sont reliés au réseau téléphonique ; le centre informatique de Médiamétrie les appelle toutes les nuits, recueille les données stockées et procède aux calculs des indicateurs d’audience quotidiens pour les mettre à la disposition des souscripteurs dès 9 heures du matin.

Et aux États-Unis, quel système est utilisé ?

Après tout, on regarde surtout des séries américaines et c’est les audiences qu’elles font dans ce pays qui déterminera si elles seront reconduites, saison après saison. Aux États-Unis, les audiences, appelées « tv ratings », sont calculés depuis les années 1950 par Nielsen nielsenMedia Research,  une entreprise américaine dont l’activité principale est de calculer les audiences de la télévision, de la radio et des cinémas. Et le système qui est utilisé… est le même qu’en France. Un système installé chez un panel de foyers américains dans lesquels chaque personne du ménage doit indiquer s’il regarde la télévision. Les informations sont aussi envoyées par téléphone pendant la nuit.

————————————

Le problème récurrent de ces mesures d’audiences reste l’absence de mesure de l’audience en dehors de la télévision, comme les DVD, la VOD, le téléchargement illégal ou le streaming sur internet. Les résultats que nous connaissons donc ne sont-ils pas faussés ?

Share

8 Comments

  1. Tommy

    Ils sont forcément faussés… Puisque ce système n’est pas présent dans tout les foyers. Il ont donc un certain résultat d’audience parmi (par exemple) 3000 foyers, qu’ils extrapolent pour avoir une donnée à l’échelle nationale. Bref, si ça se trouve, certaines données sont vraiment très faussées, mais on n’en sait rien.

  2. Dams

    Risible. Même si les foyers sont choisis de façon à représenter tout le pays, on est quand même face à des gens qui ont fourni quelque part des informations de façon volontaire mais qui ont aussi acceptés l’installation d’un boitier chez eux. Aucune pertinence de ce point de vue là.

    Après on s’étonne que Joséphine fasse des cartons d’audience 😀

  3. Maxi

    Problème des système de mesure dite en panel, utilisé en TV et sur le web, elles ne sont à mon gout que très peu représentative.

    Il serait intéressant que quelqu’un de médiatrice passe dans le coin 🙂

  4. Misskarolyn Post author

    Mais comment faire autrement ? On ne peut clairement pas installé des boitiers médiamat chez tout le monde…

  5. Maxi

    Non, mais le nombre de boitier en place devrait être augmenter.

    Puis avec le numérique je suis étonné que l’on ne puisse pas avoir les informations directement à la source (au moins en nombre, si celle ci ne peut être encore qualifié).

  6. Alex

    Même si la méthode des panels est par essence imparfaite, le système est bien rodé, et les extrapolations ne sont pas faites à l’arrache. Dans la mesure où les revenus publicitaires des chaines de TV dépendent de ces chiffres, Mediamétrie NNR and co subissent tout de même une certaine pression.

    Il devrait par contre y avoir du changement dans les semaines ou les mois à venir. TF1 et M6 aimeraient par exemple que leurs services de catch-up TV soient intégrés à la mesure d’audience globale. Il est également question d’étendre le panel d’ailleurs, afin d’en affiner les résultats.

    Bref, sujet intéressant et bien souvent méconnu, c’est une bonne idée que de revenir dessus ! 😉

  7. Misskarolyn Post author

    @Maxi : on peut avoir les informations directement à la source, même avec le non numérique, le problème c’est de savoir qui regarde telle ou telle émission. Ménagère de moins de 50 ans ou garçon de 16 ans ? C’est une donnée très importantes.

    De plus, le système des panels, c’est comme les sondages! Et le système étant rodé, on peut penser effectivement que les résultats sont plutot justes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *